Ian Bailey condamné à 25 ans de prison – L’Heure du Crime – Jacques Pradel – RTL – 03/06/2019

Retour sur le procès en France de Ian Bailey, principal suspect de l’affaire Toscan du Plantier.
Diffusé sur RTL par Jacques Pradel dans “L’heure du crime” le 3 juin 2019

– Cliquez pour écouter

A la Une ce soir l’affaire Sophie Toscan du Plantier, après la condamnation à 25 ans de réclusion criminelle du suspect n°1, le journaliste britannique Ian Bailey.

Tout avait commencé il y a 23 ans, le 23 décembre 1996. Ce matin-là, on découvrait le corps de la productrice de télévision Sophie Toscan du Plantier, l’épouse du célèbre producteur de cinéma, ancien patron de la Gaumont. Sophie Toscan du Plantier était âgée de 39 ans. Elle a certainement tenté de fuir son assassin, car on l‘avait retrouvée en vêtements de nuit, à quelques mètres seulement, à l’extérieur de sa maison de vacances, près de la ville de Skeull, située sur la côte ouest de l’Irlande.

Très vite les soupçons les plus graves vont se porter sur un journaliste local d’origine britannique, Ian Bailey, sur qui pèsent un certain nombre d’indices troublants, mais pas de preuve formelle ou en tous cas pas suffisantes, pour que la justice irlandaise l’accuse officiellement de meurtre. Et pourtant ! il était l’un des premiers à s’être rendu sur les lieux. Il a publié un article sur le meurtre, qui fait état d’éléments que la police n’avait pas rendus publics et donc que seuls pouvaient connaître les enquêteurs et l’assassin. Les policiers irlandais constatent également qu’il porte des égratignures, notamment sur le visage et les avant-bras. Mais l’homme a réponse à tout !

Les blessures, c’est parce qu’il a coupé un sapin pour Noël et il s’est blessé en préparant une dinde ! Les détails sur le meurtre, c’est un photographe qui les lui a fournis, dit-il ! Placé à deux reprises en garde-à-vue, ainsi que sa compagne, il clame son innocence. A sa décharge, les policiers chargés de l’enquête ne trouvent ni ADN, ni preuve matérielle objective, pour le confondre.

Jusqu’à présent, la justice irlandaise a toujours refusé la remise de Ian Bailey aux autorités françaises, refusant de donner suite aux mandats d’arrêts européens délivrés à son encontre, à deux reprises par la France. Malgré tout, 23 ans après le crime, l’heure de vérité que souhaitaient depuis toujours la famille et les proches de la victime est enfin arrivée la semaine dernière.  Le procès de Ian Bailey, contre qui pèse un lourd faisceau d’éléments accablant s’est tenu, en son absence, devant la cour d’assises de Paris,

Ce soir, nous revenons sur les charges qui ont mené à cette condamnation. L’Irlande pourra-t-elle continuer longtemps à refuser de livrer cet homme à la justice française ? Comment fonctionne le système judiciaire anglo-saxon, qui conduit à cette situation ?

Nos invités

Maître Alain Spilliaert, du barreau de Paris, avocat des parties civiles, Maître Marie Dosé, du barreau de Paris, avocate des parties civiles également, Maître Eolas , avocat au barreau de Paris. Auteur du blog « journal d’un avocat ».